jeudi 30 mars 2017
Facebook Youtube Twitter

Primaire : les animalistes sont allés voter « contre Fillon »

juppe-fillon-combojpgEn ce dimanche où la France vote pour élire le candidat des Républicains à la Présidentielle de 2017, de nombreux amis des animaux ont fait le choix de se rendre aux urnes pour soutenir Alain Juppé face à François Fillon, dans l’idée que le premier défendrait mieux les intérêts des animaux que le second.

« Si François Fillon est élu, les animaux ont du mouron à se faire », peste Fabienne, 65 ans, à la sortie de son bureau de vote. « D’habitude, je vote à gauche. Mais là je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose et que je ne pouvais pas rester chez moi les bras croisés », poursuit-elle, en nous expliquant « avoir eu peur en lisant certaines déclarations de François Fillon ».

Fillon pro chasse, foie gras et tauromachie

Le favori qui a terminé en première place lors du 1er tour de la primaire de la droite et du centre est en effet connu pour ses positions favorables à la chasse et à la tauromachie. Il y a encore trois semaines, François Fillon donnait une interview au magazine « Chassons » dans lequel il s’enflammait pour la chasse ainsi que pour « d’autres traditions françaises que l’on veut nous enlever : le foie gras, les fromages au lait cru, l’élevage des bœufs, des chapons, les traditions taurines auxquelles je tiens particulièrement ». Des propos qui, bien évidemment, ont déplu aux défenseurs de la cause animale, dont certains ont décidé d’aller voter aujourd’hui pour tenter de pousser Alain Juppé vers la victoire.

Juppé, « habitué des arènes »

S’il est vrai que François Fillon défend activement et ardemment la corrida, ainsi que la chasse (il aimerait, entre autre, « relancer les chasses présidentielles ») ; son adversaire en fait tout autant. Les « chasses traditionnelles font partie de notre culture et de notre histoire », déclarait-il ainsi à Chassons en début de mois. Il est également favorable aux cirques utilisant des animaux dans leurs spectacles et assiste fréquemment à des spectacles tauromachiques. Le journal Sud Ouest écrivait d’ailleurs l’année dernière que le maire de Bordeaux est un fidèle « des arènes du Sud-Ouest, qu’il a l’habitude de fréquenter ».

Juppé, le « moins pire »

On voit donc que le profil conservateur des deux candidats se retrouve également dans leurs positions vis à vis de toutes ces « traditions ». « Oui, mais Juppé, lui, il défend le végétarisme ! », nous souffle Fabienne, qui dit avoir voté pour « le moins pire des deux, parce qu’il fallait bien faire quelque chose pour contrer Fillon et ses idées dangereuses pour les animaux ». Il est vrai que l’ancien Ministre des Affaires étrangères s’est plusieurs fois exprimé en faveur à la présence de menus végétariens dans les cantines des écoles, car cela est pour lui synonyme de la « liberté de choix ». En outre, il se montre plus préoccupé par la question environnementale que son adversaire. Des petites différences qui changent tout pour les animalistes, comme le montrent de nombreuses publications que nous avons pu consulter sur les réseaux sociaux. « Après la Corrida au patrimoine national je viens de découvrir un décret du gouvernement Fillon sur la chasse à courre ! Inadmissible ! », s’insurge par exemple Nelly sur une page dédiée à la protection des animaux.

Malgré tout, ni le sujet de la condition animale, ni celui de la santé de la planète, n’a été abordé au cours des débats qui ont ponctué toute cette primaire des Républicains. Quel que soit le résultat révélé par le dépouillement des urnes ce soir, espérons que l’heureux vainqueur saura être à l’écoute des défenseurs de la faune et de la flore. A suivre.

Crédit photo : AFP

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Pin on Pinterest0Share on TumblrEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *