jeudi 30 mars 2017
Facebook Youtube Twitter

Euthanasiez des animaux pour 1600 euros par mois (annonce Pôle Emploi)

labo2Le site Internet de Pôle Emploi propose actuellement aux internautes de postuler pour un emploi de « Technicien / Technicienne en expérimentation animale ». L’annonce détaille plusieurs missions, dont celle « d’euthanasier des animaux » et de « retirer les animaux morts ».

Au vu de la localité citée dans l’annonce (Saint-Germain-Nuelles), il est fort probable que l’employeur soit la multinationale Charles River Laboratories, soit « le plus gros éleveur d’animaux de laboratoire de France » qui fournit « 40 à 50% » des animaux sur lesquels sont pratiquées des expériences en France, indique le CCEA (Collectif Contre l’Expérimentation et l’Exploitation Animale).

« Retirer les animaux morts »

Le futur employé aura diverses tâches, comme « entretenir les lieux d’hébergement des animaux et les espaces d’élevages », réaliser des « observations cliniques », « accoupler les animaux « , « identifier les animaux » y compris en utilisant la méthode de « l’encoche » (également appelée le « tatouage du pauvre » qui ampute l’animal d’une partie de son oreille), etc. Si ces missions sont déjà questionnables, celles notées à la fin de la liste sont carrément choquantes : « euthanasier » les bêtes et « retirer les animaux morts » ; « gérer le stock d’animaux disponibles et les commandes ».

Singes gavés jusqu’à la mort

En 2008, l’endroit avait été incendié par des militants se réclamant de l’ALF. Une action qualifiée « d’écoterrorisme » par le lobby pharmaceutique qui avait alors tiré la sonnette d’alarme contre les dangereux « commandos » des activistes animalistes. En 2012, la même entité était à nouveau décriée, par la Fondation Brigitte Bardot cette fois, au sujet de 32 macaques condamnés à mort. Les singes devaient « être gavés de ce médicament pendant 2 semaines, à des doses toxiques, puis tués afin d’étudier leurs organes », dénonçait alors l’ONG.

La mort, une « bonne pratique » ?

Sur le site Internet de l’AFSTAL (Association Française des Sciences et Techniques de l’Animal de Laboratoire), qui prône le « respect de l’animal » (!), on trouve un long document PDF daté de 2011 qui détaille les « bonnes pratiques au quotidien » dans le cadre de l’expérimentation animale. Rédigé par deux vétérinaires et deux employés de laboratoires (dont  l’un travaillant chez Charles River Laboratories), il donne un aperçu du funeste destin des animaux utilisés dans ce cadre. « Lorsque la mort ne peut être évitée […] la procédure est conçue de façon à réduire le plus possible la durée et l’intensité de la souffrance de l’animal et, autant que faire se peut, à lui assurer une mort sans douleur ». Une phrase plutôt explicite, non ?

Automutilations persistantes

Sur une autre page, on peut lire une liste des signes cliniques devant mener à une euthanasie : « coma, souillure urinaire, râles, convulsions, prostration […], perte de poids rapide (de 15 à 20% en quelques jours), croissance rapide d’une ou plusieurs masses, paralysie, saignement abondant par un orifice, automutilations persistantes », etc… Comment de telles souffrances pourraient-elles être compatibles avec un « respect » et un quelconque « bien-être » de l’animal comme le prétend pourtant lobby pharmaceutique pour se dédouaner ?

L’annonce de Pôle Emploi promet un salaire approchant les 1600 euros (bruts) mensuels pour la réalisation de la besogne. On ne peut que regretter que on seulement blesser et occasionner de sévères souffrances à un animal soit légal en France dans certaines conditions, mais qu’en plus, certains soient payés pour cela !

Note : Depuis la parution de cet article, l’annonce originale a été désactivée par Pôle Emploi (ce qui signifie que le poste a été pourvu). Cependant, d’autres offres similaires sont apparues, comme celle-ci ou celle-là. Retrouvez ci-dessous le texte intégral de l’annonce à l’origine de cet article :

MISSIONS
Entretenir les lieux d’hébergement des animaux et les espaces d’élevage
– Réalisation des taches d’entretien en isolateur (aliment, eau, change de cage, observation clinique, sanitation)
– Nettoyer le matériel et les locaux en respectant les règles de prophylaxie et de biosécurité
– Déclencher l’approvisionnement de l’unité et/ ou de(s) isolateur(s) en matériel d’élevage et matières consommables
– Entretenir le matériel d’élevage de manière autonome

Elevage
– Réceptionner, introduire, répartir et sortir les animaux (en isolateur)
– Accoupler les animaux selon le schéma défini.
– Contrôler l’état de gestation
– Contrôler et suivre la mise bas
– Identifier (tatouage Aramis, encoche oreille…), trier, sexer et sevrer les petits
– Sélectionner les animaux pour équilibrer les portées et/ou la réserve d’élevage
– Observer, contrôler l’état des animaux et déceler une anomalie ou une souffrance
– Euthanasier dans le respect des règles éthiques et retirer les animaux morts
– Dans le cadre des contrôles sanitaires et génétiques, prélever et identifier les échantillons (sang, fèces, animal vivant)
– Mise à jour en temps réel avec le logiciel
– Travailler en étroite collaboration avec sa hiérarchie pour rendre compte des observations et faire des propositions sur l’activité de production.

Gérer le stock d’animaux disponibles et les commandes
– Préparer les commandes (peser et sélectionner les animaux, joindre les documents accompagnant l’expédition) en anticipant l’impact de la préparation de commandes du jour sur les commandes à venir.
– Sortir les animaux pour expédition

Gestion de protocoles
– Sur les consignes données, réalise les protocoles définis pour les clients internes ou externes.
– Assure un reporting des données liées au protocole et alerte le service vétérinaire si nécessaire

PROFIL
De formation type BEPA animaux de laboratoire BEPA + 2 années d’expérience ou BTA animalier de laboratoire, vous connaissez les règles de prophylaxie indispensable à une animalerie de laboratoire.
Rigueur, capacité d’adaptation et flexibilité horaires sont attendues sur ce poste.
Habilitation à l’expérimentation animale (module 2)
Poste à pourvoir dès que possible
CDD (5 mois)
Poste à 35h/ semaine, basé à St-Germain-Nuelles
Véhicule indispensable
Rémunération entre 22000 et 24000 euros sur 14 mois. Mutuelle + Restauration.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+6Pin on Pinterest0Share on TumblrEmail this to someone

11 commentaires

  1. SOLANA ALVARADO Marie Dolorès

    Je m’insurge contre la souffrance inutile, la cruauté… La torture des animaux au titre expérimental doit cesser,
    nous devons continuer à nous mobiliser, à sensibiliser les autorités, les citoyens.
    Nous devons cesser cette ignominie

  2. arretons ces atrocités…il y a d autres alternatives..Nous le savons,ils le savent….c est ignoble

  3. Une honte je suis écoeurée sans mots !!!! Je veux bien y aller pour euthanasier les responsables et dirigeants de ce genre d’établissement ! Et toi aussi qui a répondu au poste et à et pris !

  4. Je suis contre toutes ses souffrances et c’est ignoble de se servir du chômage et de la pauvreté des gens.

  5. Quelle Horreur et pratiques méprisables pour la FRANCE. Il faut arrêter cela.

  6. L’annonce n’a pas été désactivée.

  7. Cette annonce de Pôle emploi est franchement à vomir. C’est un ramassis d’horreur. Comment peut-on accepter un poste aussi abject même si l’on est au chômage ? Les critères exigés pour ce poste sont monstrueux. On aimerait beaucoup que Pôle emploi s’explique car à y bien réfléchir, cette administration cautionne la maltraitance animale. Vraiment intolérable !

  8. Putain c’est dégueulasse! J’ai eu du mal a lire l’annonce.
    Le pire c’est le mec qui va postuler, bac+2 mini… Faut en vouloir

  9. Une annonce de ce type est en ligne depuis des mois sur le site Pôle Emploi de Lannion (22300)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *