samedi 25 mars 2017
Facebook Youtube Twitter

Planète Animaux constate des mauvais traitements dans un cirque

fratellini013Planète Animaux a découvert des animaux vivant dans des conditions contraires à la Loi, au sein de la ménagerie d’un cirque qui est actuellement installé en périphérie de Paris. Enclos minuscules, animaux entassés dans des caisses, chevaux faméliques… voilà ce que nous avons constaté sur place, comme le montrent les photos de notre article.

Comme de nombreux cirques, celui-ci permet à qui le veut de visiter son «zoo» contre l’achat d’un ticket d’entrée à 2 euros. Planète Animaux s’est acquitté de cette somme à contre cœur, mais dans le but de vérifier si les installations des animaux étaient respectueuses des normes en vigueur. L’année dernière, en visitant les coulisses d’un autre chapiteau, nous avions découvert des animaux blessés, mais dissimulés. Ici, rien de tout cela : tout ce qui n’est pas conforme est étalé à la vue de tous !

Un cochon cannibale

fratellini001A peine entrés, on constate que les circassiens à qui on a affaire se contrefichent du bien-être animal : on tombe sur un petit cochon enfermé dans une cage en plein soleil, sans eau, et avec une nourriture loin d’être adaptée à ses besoins : à côté de carottes, se trouvent une dizaine de tranches de jambon blanc (!) ainsi qu’une barquette de choucroute contenant des saucisses et du lard (mais aussi du fromage type Boursin et un pavé de saumon cuit). Depuis quand le cochon est-il un animal cannibale ?! En l’approchant, on constate que ses ongles sont particulièrement longs et courbés…
Le Code rural interdit «de priver les animaux de la nourriture ou de l’abreuvement nécessaires à la satisfaction des besoins physiologiques propres à leur espèce ». Voici une première infraction.

fratellini003

Poules enfermées dans une cagette

fratellini005
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

A côté de lui, se trouve une autre cage de taille similaire contenant des animaux de basse-cour (pintades, lapins, poules) qui semblent en bonne santé. Sauf que l’on découvre en s’approchant que dans la cagette en plastique adossée à cette cage, se trouvent enfermées 2 poules sans eau ni nourriture (à part un maigre quignon de pain rassis). Les pauvres se serrent dans quelques centimètres carrés. Pourtant, le Code rural interdit «de les placer et de les maintenir dans un habitat ou un environnement susceptible d’être, en raison de son exiguïté (…) une cause de souffrances, de blessures ou d’accidents ». En moins de 5 minutes, nous constatons une seconde infraction. Ces poules font-elles partie du spectacle, ou bien sont-elles destinées à être mangées ? Mystère…

Détresse psychologique

fratellini007Plus loin, lamas, oies, poneys, chameaux et chevaux sont installés dans de petits enclos de plein air, non couverts, et sans aucun point d’ombre (ce qui est, là encore, contraire à la Loi). Tous ont de l’eau et de la paille à disposition, et semblent en bonne santé physique (pas de blessures, sabots en bon état, pas de parasites visibles, etc.), à l’exception des cas suivants : un jeune lama, seul dans son enclos, était très mal psychologiquement. Nous sommes restés 15 minutes à ses côtés et pendant tout ce temps il n’a cessé de gémir tout en étant particulièrement apathique. Était-il malade, ou bien mal à l’aise car récemment séparé de sa mère ? Difficile de le dire sur une si courte observation au cours de laquelle nous n’avons pu avoir aucun contact physique avec lui (car surveillés par deux membres du personnel du cirque).

Un câble électrique sous les sabots des poneys

fratellini009Autre problème : dans l’enclos des poneys Shetland, nous avons remarqué un câble électrique au sol, qui traversait leur enclos de part en part et ce, en plein milieu ! Autant dire que les animaux risquent de se prendre les pattes dedans et de se blesser. Nous avons suivi cette rallonge électrique et avons constaté qu’elle était raccordée à un groupe électrogène se trouvant dans une remorque derrière une bâche, à une dizaine de mètres de là. Il semble donc que du courant électrique passe dans ce fil. Comment une telle installation pourrait-elle être compatible avec les lois en vigueur ? C’est particulièrement dangereux !

Des animaux en vente !

Ensuite, nous sommes passés devant la cage des «mini chevaux». Et là, surprise, ils sont «à vendre», comme le signale un écriteau manuscrit ! Pourtant, selon l’article L214-7 du Code rural, «la cession, à titre gratuit ou onéreux, des chiens et des chats et autres animaux de compagnie dont la liste est fixée par un arrêté du ministre chargé de l’agriculture et du ministre chargé de l’environnement est interdite dans les foires, marchés, brocantes, salons, expositions ou toutes autres manifestations non spécifiquement consacrés aux animaux ». Ce cirque est donc clairement en infraction !

fratellini011

Un cheval amaigri

fratellini012Enfin, notre visite s’est achevée par notre rencontre avec les deux chevaux des lieux qui semblent être de race Cob Irlandais. Et là, c’est l’horreur : l’un d’eux est clairement trop maigre ! Ses côtes sont apparentes, et il ne semble pas avoir de muscles comme si il avait totalement «fondu». Il présente de plus d’importantes stéréotypies dont une qui le fait se gratter constamment le menton contre les barreaux de sa cage : à cet endroit, sa peau est arrachée et il présente des croûtes ainsi qu’un petit saignement (impossible à prendre en photo du fait, là encore, de la présence du personnel circassien). Il lui manque plusieurs touffes de poils sur le poitrail. Son compère de la même race semble en meilleure forme physique, mais pour combien de temps ? Là encore, les requêtes du Code rural ne sont pas respectées (concernant les chevaux, il interdit de les installer en plein air «lorsqu’il n’existe pas de dispositifs et d’installations, destinés à éviter les souffrances qui pourraient résulter des variations climatiques » et «chaque enclos doit être pourvu d’une ou plusieurs caches permettant aux animaux de se soustraire à la vue du public »). Ce n’est clairement pas le cas ici.

Signalement effectué

fratellini014Nous sortons de là le cœur amère. Outre des installations sommaires, les animaux doivent en plus supporter un tapage sonore environnant qui se prolonge jusqu’à tard dans la nuit. Leur cirque est en effet installé en plein cœur d’une célèbre fête foraine, où le calme n’est pas de mise… 3 représentations hebdomadaires sont annoncées. Ensuite, en date du 12 octobre, le cirque partira vers une nouvelle destination… et entraînera dans son sillage ces pauvres créatures esclaves.

Planète Animaux a transmis ses observations à une association spécialisée dans la lutte contre les cirques employant des animaux, en espérant que celle-ci puisse agir. A suivre.

Soutenez Planète Animaux, faites-nous un don pour nous permettre de poursuivre nos actions !

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+5Pin on Pinterest0Share on TumblrEmail this to someone

7 commentaires

  1. Vu les clichés, les animaux sont effectivement en détresse. L’Irish Cob n’atteint pas son poids de forme. Il faudrait connaître son âge. Toutefois, un cheval qui maigrit, ça inquiète sérieusement tout propriétaire. Reçoit-il du foin à volonté, lui couoe-t-on son foin s’il a un âge avancé (problème de dents chez les chevaux, dentiste équin), a-t-il des rations de compléments alimentaires (maïs, luzerne pour lui faire du poids) ? Le foin ne devrait pas être déposé au milieu de l’enclos mais tout le long de la clôture. Au vu de l’ensemble des animaux, le personnel ne doit pas prendre soin d’eux. Voilà pourquoi les cirques ne doivent pas comporter d’animaux.

  2. pour qu il n existe plus de cirque

  3. Virginie de la Cloche

    Bonsoir, il me semble reconnaître ce cirque maudit, j’y suis passée l’an dernier, ils ont du cacher les fauves et les singes. J’avais constaté des mauvais traitements sur les animaux : Fauves entassés dans de petites cages sans eau, singes pelés qui se balancaient d’avant en arrière accrochés aux barreaux, un macaque avec une plaie infectée au derrière… J’avais fait un signalement à la fondation bardot qui m’a demandé de leur fournir des photos. Je suis donc retournée le lendemain avec mon appareil photo la boule au ventre, je leur ai envoyé et n’ai jamais eu de retour, un ami m’a aidé et à fait des signalements dans une dizaine d’associations, je constate avec tristesse que ces bourreaux n’ont pas eut de sanctions. J’ai conservé les photos, si vous avez besoin de preuves supplémentaires n’hésitez pas à me contacter.

  4. Le plus affligeant, dans tout cela, est de ne pas être entendu… Je viens de prendre connaissance du commentaire de Virginie de la Cloche, dans lequel elle relate certains évènements concernant des maltraitances subis par les animaux de ce cirque qu’elle avait constatées, à la suite de quoi elle avait entrepris les démarches nécessaires, pour dénoncer ces faits auprès d’un Organisme hautement compétent, mais qui n’a pas jugé utile de faire suite aux photos qu’elle avait prises, des photos que lui avait pourtant réclamées cette Fondation pour, je suppose, faire « bouger les choses » et entreprendre ainsi plus aisément des poursuites judiciaires à l’encontre de ce monstrueux cirque… Un tel mutisme est réellement désopilant, décourageant et très affligeant… car si de telles Associations défendant la cause animale, renommées par leur qualification et leurs compétences, ne peuvent intervenir, vers qui devons-nous alors nous diriger pour porter aides et secours et parler au nom de toutes ces bêtes malmenées et torturées… Nous ressentons une profonde impuissance, face à ces drames, et une profonde incompréhension par l’indifférence de nos semblables, cependant bien placés pour y remédier… et je me mets à la place de Virginie de la Cloche qui, sans nul doute, a dû éprouver ces terribles sentiments… sans compter son chagrin de savoir ces animaux en grande détresse… et de continuer à l’être… personne ne voulant réagir pour les en délivrer…

  5. IL FAUT FAIRE QUELQUE CHOSE POUR CES ANIMAUX QUI SOUFRENT JOURNELLEMENT

  6. faut mettre en place une intervention qui devrait controler tous les cirques et voir le bien etre des animaux exploités !!!!!quand c est comme ceci les retirer et les placer dans un lieu sécuriser l homme doit AGIR!!!!!!!! pour eux

  7. tous les animaux des cirques sont victimes de maltraitances, ne nous voilons pas la face! STOP AUX CIRQUES AVEC ANIMAUX un point c’est tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *