jeudi 23 mars 2017
Facebook Youtube Twitter

Aïd el-Kebir : la Fondation Bardot intervient à Marseille

Aid2015g«40 000 chiens tués durant festival Yulin, le monde s’indigne, 200 000 moutons égorgés/sacrifiés en France lors de l’Aïd… silence coupable», s’agace la Fondation Bardot, qui est intervenue pendant cette fête musulmane sur des sites d’abattage clandestins à Marseille.

Les 23 et 24 septembre, la Fondation Brigitte Bardot n’a pas chômé. Dans les quartiers sensibles de Marseille, les équipes de l’association ont assisté les services vétérinaires de la DDPP pour «rappeler le cadre réglementaire de l’abattage et ne plus laisser impunies des pratiques illicites ».

Car si dans de nombreuses villes de France, des abattoirs éphémères sont mis en place par les municipalités pour permettre un certain «contrôle » (comme à Belfort, où l’abattoir religieux est mitoyen du refuge SPA de la ville…) ; de nombreux sacrifices continuent d’être réalisés de façon clandestine et illégale par des particuliers, qui n’hésitent pas à égorger les animaux dans leurs propres appartements. C’est ce dernier type d’endroits que la Fondation a ciblé afin de tenter d’y saisir les animaux avant qu’ils ne soient mis à mort via des «opérations coup de poing» réalisées avec les forces de l’ordre et validées par la préfecture de Police. Le quartier sensible de la Cité Bassens (l’un des plus «chauds» de Marseille) a été visité.

Le mouton dans la baignoire n’est pas un mythe

Là, «les forces de l’ordre s’introduisent dans un logement (avec autorisation du procureur) mais face à la violence du « sacrificateur » et de son clan, il est impossible d’accéder au mouton qui, de l’aveu même d’une jeune fille, se trouve dans la baignoire… pour lui, il est malheureusement déjà trop tard ».

«Trois autres moutons sont saisis sur un balcon, deux autres récupérés dans les mêmes circonstances, nous en sommes à 16 moutons dans la bétaillère affrétée par la Fondation qui est placée sous haute surveillance », raconte Christophe Marie, le porte-parole de l’organisation de défense animale.

Découpé au couteau de cuisine

Aid2015cLe pire reste malheureusement à venir, comme en témoigne le photographe Loan Ego qui était lui aussi sur place : «Je vois d’abord une môme à sa fenêtre agiter la carcasse au balcon et nous faire des doigts d’honneur. Puis le sang couler depuis le deuxième étage. La police perquisitionne le domicile. Ça hurle de partout. On y trouve un animal mort, découpé au couteau de cuisine ». Les sacrificateurs hors la loi sont néanmoins visés par une procédure pénale amorcée à leur encontre par les forces de l’ordre, puisque l’abattage clandestin est un délit.

D’autres opérations similaires ont été menées dans plusieurs régions par la Fondation, y compris en Ile-de-France. Les animaux qui ont pu être sauvés du massacre seront tous placés dans des sanctuaires (soit dans le refuge de la Fondation Bardot, soit dans des refuges partenaires). Planète Animaux est bien évidemment opposé aux sacrifices religieux (mouton de l’Aïd musulman, volailles des Kapparot juifs, agneau Pascal catholique, etc.), qui sont aussi barbares que désuets (d’autant plus que certains textes sactés des confessions concernées s’y opposent clairement !).

« Selon l’islam, le sacrifice du mouton n’est pas obligatoire » – Association FUDA

Aid2015hAu sujet de l’Aïd el-Kebir justement, plusieurs autorités musulmanes se sont positionnées en faveur d’un «sacrifice symbolique au 21ème siècle», comme Tariq Ramadan qui déclare : « Pendant la grande fête, il existe une sunna, un acte recommandé, qui consiste à sacrifier un mouton. C’est un acte recommandé que les habitudes nationales et familiales ont parfois transformé en obligation. A l’heure où certains sacrifient leur mouton sans toujours pouvoir respecter les animaux – qui trop souvent sont maltraités et souffrent -, à l’heure du gaspillage de la viande…il est impératif de ne pas se perdre dans les pratiques traditionnelles et de revenir à l’essence du message de l’islam : se donner les moyens de respecter les animaux et de nourrir les pauvres. Il vaut mieux alors s’abstenir de sacrifier un mouton et d’envoyer une somme d’argent équivalente aux pauvres du monde ».

L’association Fuda, qui a beaucoup étudié la question, renchérit : «La miséricorde, en islam, s’étend à toutes les créatures de Dieu et pas uniquement aux êtres humains. L’islam insiste sur la protection des animaux et interdit formellement toute forme de cruauté envers eux. Le sacrifice du mouton lors de la célébration de l’Aïd-el-Kébir : il n’est pas obligatoire, la tradition pouvant être honorablement respectée en partageant un repas végétal avec les plus démunis. L’option sans viande est donc une véritable alternative ».

Alors, à quand des célébrations de l’Aïd el-Kebir ne faisant plus couler de sang ?

Crédit photos : Loan Ego/Fondation Brigitte Bardot

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+2Pin on Pinterest0Share on TumblrEmail this to someone

6 commentaires

  1. Vous vous attendez à quoi de la part de cette communauté? vu comme ils se comportent dans la rue à Marseille et ailleurs, il ne faut pas s’attendre à ce qu’ils aient un peu de compassion pour ces pauvres animaux.

    C’est sur que l’évolution a dû les oublier…

  2. Lex vos propos sont justes ! Oui on s’indigne pour Yulin et d’autres formes de barbarie mais pas pour l’égorgement de milliers de moutons ? Marseille se rebelle pour Oscar le chat, les chats noirs exécutés, les chats empoisonnés, ce chat tué à coups de marteau mais pas pour les moutons ? Comment voulez-vous que le Maire de cette ville réagisse à cette monstruosité quand il assiste entouré de ces adjoints à des corridas en compagnie d’ex toreros sur les gradins des arènes ???? A priori, on ne se sent pas concerné par les animaux de ferme ! Les moutons ne sont pas égorgés seulement à Marseille. Cela a gagné le département et envahit des quartiers résidentiels. Les forces de l’ordre ne bougent pas toujours et ne prennent pas les propos au sérieux. Des chiens prévoyant ce qu’il va se passer alertent, certains cassent même les vitres ! On voit les camions tourner, on entend les moutons enfermés dans des garages. Ces gens ne travaillent pas ce jour-là et attendent le retour des enfants de l’école vers 12 h 00 pour égorger l’animal en leur présence. Ils ne se cachent car ils ne seront pas ennuyés et des politiques ont besoin de leurs votes. Il faudrait une pétition. Il est regrettable que vous ayez flouté le visage des personnes sur le cliché.

    • Je suis très attachée à la cause des chiens de yulin mais tout autant à ces pauvres bêtes sacrifiés au nom de qui d un dieu idéalisé et ces gens n ont ils pas honte si on se réfère au coran dieu. N à jamais dit de tuer pour lui ils sont encore â l âge de pierre il faudrait qu il reviennent les pieds sur terre car leur bourrage de crâne les français en ont ras le bol

  3. Terrible! Humanité réveille-toi!

  4. Barbara Mindermann

    A qui il faut signaler si on le voit ? J’ai vue que le nouveau propriétaire du restaurant d’en face avait fait décharger un animal d’une voiture . Puisque ce sont de tunisiens je ne pense pas qu’ils ont fait venir un grand chien ,c’était le mouton pour la fête de l’aid !

  5. Et tous ces c.. de français qui élèvent des moutons pour leurs vendrent parce qu’ils paient bien… Il y a quelque chose a dire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *