jeudi 23 mars 2017
Facebook Youtube Twitter

Marseille veut se débarasser de ses sangliers

sanglier_radioactifCertainement attirés par la nourriture dont regorgent nos poubelles, les sangliers s’approchent de plus en plus des habitations, n’hésitant plus à voisiner les villes. Un «plan de lutte» contre ces animaux a été lancé dans les Bouches-du-Rhône.

«La préfecture des Bouches-du-Rhône vient de prendre des mesures pour limiter la prolifération des sangliers aux portes de Marseille », indique La Provence, tout en ajoutant que «des tirs sélectifs seront effectués par des lieutenants de louveterie jusqu’à la fin de l’été, des battues administratives seront menées dans des zones non chassées et dès le 1er juin, des tirs anticipés (dans et hors Parc national) pourront être effectués avant l’ouverture de la chasse au sanglier prévue le 15 août ». Sale période pour les cochons sauvages…

« Agressée » par un sanglier

Ce «plan de lutte » fait écho aux récents signalements de «nombreux marcassins » près des habitations du Sud-Est de la ville et des calanques. La préfecture recommande également de «ne pas nourrir ces animaux sauvages, ni de s’en approcher ». Un sanglier marseillais avait fait la Une des journaux en juillet dernier, après avoir «agressé » une randonneuse qui avait approché de trop près ses marcassins. «Ils lui paraissent si mignons, ces bébés sangliers, qu’elle s’en approche et tente de les caresser. Seulement voilà, on ne badine pas avec les rejetons d’une énorme laie. Voulant protéger sa progéniture, la maman sanglier se rue sur la promeneuse et la mord sévèrement au bras avant de disparaître, non sans avoir pris le temps de lui dérober son sandwich. La touriste en sera quitte pour un passage aux urgences afin de soigner sa blessure », écrivait à l’époque Le Parisien.

La peur du sanglier pousse malheureusement les hommes à avancer le début de la chasse (en autorisant des tirs à partir du 1er juin), plutôt qu’à tenter de comprendre l’animal. Informer le grand public sur la conduite à tenir en cas de rencontre avec un cochon sauvage serait en effet bien plus judicieux que de prendre des mesures meurtrières. Mais le monde est ainsi fait…

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Pin on Pinterest0Share on TumblrEmail this to someone

3 commentaires

  1. Marseille est une ville magnifique mais terriblement sale ! Il suffit de voir les containers qui ne sont pas vidés régulièrement et les grèves à répétition des éboueurs et l’incivilité d’un certain nombre de Marseillais. Il n’est pas rare en se promenant dans les rues de croiser des rats, eux-mêmes attirés par les déchets. Il est fort possible qu’il en soit de même pour les sangliers. Faute de nourriture dans leurs espaces qui se réduisent de plus en plus, ils se dirigent vers la ville, attirés par toutes ces odeurs de poubelles. La réaction de la randonneuse dans ce fait est particulièrement inadaptée. On ne cherche pas à toucher des marcassins. Une laie protège ses marcassins, comme toute mère. Et la nourriture à la main, c’était à proscrire aussi.Il faudrait que les randonneurs apprennent à se comporter quand ils croisent un sanglier et à ne pas chercher à le toucher. Le sanglier fuit à l’approche de l’homme. C’est assez surprenant dans cette région de Marseille car on trouve dans certaines propriétés dans les environs, des sangliers adultes, élevés au biberon, marqués sur le dos à la bombe fluo pour les distinguer qui vivent en liberté dans les bois et rentrent le soir à la maison ! C’est consternant ce plan de lutte alors qu’on pourrait éviter tous ces tirs.

  2. Tauran Guillaume

    Bonjour Marie, je suis tout a fait d’accord avec vous!
    ce plan d’action est totalement inadapté !
    Quant est ce que l’homme apprendra que la facilité n’est pas toujours la bonne solution, quand est ce qu’il apprendra que la connaissance des autres permet de vivre en harmonie ?
    Cette randonneuse n’avais pas a toucher a ce marcassin, la réaction de sa mère est tout a fait normal !
    Elle ne souhaitais que le protéger.
    Le véritable moyen pour que tout le monde puisse cohabiter, serais de prendre en charge ce que nous rejetons, qui par dessus tout est sale, se serais, au lieu de vouloir chasser les sanglier, lancer une campagne d’investissement dans les infrastructure public comme les poubelles, et aussi d’assurer le ramassage de ces dernière !
    C’est totalement honteux a ce jour de voir que les homme ne sont toujours pas capable de résoudre leurs problème sans accuser quelqu’un d’autre !
    Dans cette histoire le véritable fautif n’est autre que la ville qui ne prend pas assé en charge ses déchet et qui de plus réduit l’habitat, des espèce sauvage !

  3. Marseille ferait mieux de consacrer ses forces vives à se débarrasser des diverses sortes de malfaiteurs humains qui la défigurent que de courir derrière des animaux qui défendent leurs petits.
    Quant aux randonneurs, qu’ils apprennent l’ A.B.C. du vivre ensemble avec les animaux plus ou moins sauvages qu’ils peuvent rencontrer au cours de leurs pérégrinations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *