lundi 27 mars 2017
Facebook Youtube Twitter

Jérôme, le SDF qui sensibilise les sans abris sur la nécessité de faire stériliser leurs animaux

jerome_fuda4L’association de protection animale FUDA a sauvé une chienne et sa portée de 10 chiots, qui vivaient dans une situation de grande précarité en compagnie de leur maître Jérôme, un sans domicile fixe. Aidé par FUDA, ce dernier s’est désormais engagé pour la protection des animaux.

Les faits se sont déroulés aux Sables d’Olonne (Vendée). FUDA a lancé l’alerte pour tenter de trouver une famille aux 10 chiots, et de nombreuses personnes se sont spontanément proposées pour accueillir un ou plusieurs petits en attendant de trouver des adoptants. Malheureusement, le jeune âge des chiots (10 jours) impliquait une attention de chaque instant et une grande disponibilité pour assurer le sevrage au biberon et le développement psychologique des petits qui auraient été privés de leur mère, et les solutions proposées auraient divisé les problèmes sans apporter de solution sur le long terme.

La détermination de la déléguée locale de FUDA, Marie Sornais, l’a conduite dans le bureau du Maire des Sables d’Olonne, Didier Gallot, un homme sensible à la condition animale et touché par cette histoire. Le Mouvement FUDA travaille activement sur un vaste programme de stérilisation et notamment sur les conditions des SDF et de leurs animaux. Didier Gaillot soutient ce programme national de reproduction modérée.

Les 10 chiots adoptés

jerome_fuda1Suite à la diffusion de l’alerte de FUDA, une belle solidarité s’est organisée, autant pour les animaux que pour le sans abris. La SPA de Château d’Olonne a pris en charge l’identification et la vaccination de tous les chiots, mais a aussi procédé à la stérilisation de leur mère. Puis, une dame d’une grande générosité a proposé d’accueillir sur sa propriété (en mettant à sa disposition une caravane) Jérôme, Sisi (l’autre chienne de Jérôme), Shiva et ses 10 bébés le temps du sevrage afin de permettre à FUDA de poursuivre sa recherche d’adoptants. Dans un élan de compassion, elle a ajouté que Jérôme et ses chiennes pourraient rester même après l’adoption des petits, le temps pour le SDF de se réinsérer dans la société et de se relever après tant de temps passé dans la rue. Grâce à la bienveillance de cette particulière, c’est une nouvelle vie qui a commencé pour tous.

« Nous distinguons parfaitement les personnes en situation de précarité attachées à leurs animaux, qui ont, par ailleurs, une relation affective exemplaire avec leurs compagnons d’infortune, et les personnes qui exploitent et maltraitent les animaux a des fins pécuniaires, alimentant les trafics et le business de la rue », tient à noter FUDA, qui se réjouit de donner aujourd’hui des nouvelles positives. Les 10 chiots ont tous été adoptés. « Jérôme est handicapé et ne peut pas travailler, malgré cela il a toujours refusé les aides sociales. Il s’est engagé à prendre soin de Sisi et de Shiva, et à sensibiliser à son tour sur la nécessité pour les SDF de faire stériliser leurs animaux et à chercher de l’aide pour son addiction à l’alcool ». Espérons que la situation évoluera dans le bon sens.

Découvrez ci-dessous une vidéo des 10 chiots tournée l’année dernière, quelques semaines après leur prise en charge :

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Pin on Pinterest0Share on TumblrEmail this to someone

un commentaire

  1. Monsieur GAILLOT, FUDA et toutes ces personnes  »de coeur » ont compris qiu’il fallait aider ce SDF et ses chiens. C’est une très bonne initiative et à d’autres municipalités de suivre et de savoir tendre la main…ou la patte… Il n’est pas aisé pour les SDF de penser à stériliser leurs animaux car en vivant dans la rue, les personnes perdent leurs repères. Un coup de pouce s’impose pour les y aider. Ce serait bien de leur en parler lors  »des maraudes », de vérifier l’état de santé de leurs compagnons aussi, de leur proposer des soins gratuits, nourriture, couvertures etc…Il serait nécessaire que des structures acceptent de les accueillir en province avec leurs animaux car certains sont obligés de les abandonner auprès des SPA. Pourtant, leur animal est bien souvent le dernier rempart qui les relie à la société. Les contrôleurs et les passagers dans les trains devraient aussi se montrer plus tolérants à leurs égards.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *