jeudi 23 mars 2017
Facebook Youtube Twitter

Les lionceaux abandonnés en Seine-et-Marne vont bien et sont en cours d’identification

lionceaux_nesle2Planète Animaux a obtenu ce vendredi des nouvelles des deux lionceaux qui ont été découverts, abandonnés, sur le parking du Parc des Félins mardi matin.

Mardi 24 mars au matin, des employés du Parc des Félins (en Seine-et-Marne), ont eu une surprise de taille en arrivant sur leur lieu de travail. Ils ont en effet découvert deux lionceaux dans une cage, abandonnés sur le parking de l’établissement. Âgés de 5 à 7 mois, les petits ont immédiatement été placés en quarantaine dans des locaux du parc. « Conformément à la procédure, nous avons porté plainte auprès de la gendarmerie », ce qui a permis l’ouverture d’une enquête, nous indique Aurélie Roudel, la porte-parole du Parc des Félins (un parc animalier spécialisé dans les grands et les petits félins, qui oeuvre pour leur protection mais milite également contre les dérives de l’industrie de l’huile de palme).

« Nous suspectons fortement qu’ils proviennent d’un trafic »

Pour l’instant, l’origine des lionceaux reste inconnue. « Personne ne les a réclamés. L’un est un mâle, c’est sûr ; tandis que pour l’autre des doutes subsistent », note Aurélie. « Ce vendredi, ils seront anesthésiés par notre vétérinaire, qui sera accompagné d’agents de l’ONCFS. Des prélèvements seront réalisés pour déterminer leur sous espèce. Nous allons également vérifier si ils sont pucés ou non », nous précise-t-elle, n’étant pas dupe qu’il y a fort à parier que les félins ne sont pas identifiés. « Même si nous n’en avons pas la preuve, nous suspectons fortement qu’ils proviennent d’un trafic et qu’ils aient appartenu à des personnes qui les détenaient en toute illégalité », poursuit-elle, se disant néanmoins satisfaite que leur ancien propriétaire « ait fait la démarche de nous les déposer plutôt que de mettre fin à leurs jours ».

Si ils ne sont pas pucés, leur patrimoine génétique sera comparé avec le patrimoine connu d’autres lions présents sur le territoire français, et détenus par des particuliers ou des cirques « afin d’essayer de trouver des correspondances pour identifier leurs parents ».

Les lionceaux ne seront pas euthanasiés

lionceaux_nesleLes petits fauves, qui font actuellement 50 centimètres de haut, sont « à première vue en bonne santé ». Dans le cadre de leur quarantaine, ils seront surveillés au quotidien, pour vérifier qu’ils ne soient pas porteurs de parasites ou de maladies ; et soignés si besoin est. Si ils bénéficieront d’une grande attention de la part des soigneurs du Parc des Félins, celle-ci sera « rigoureusement sans contacts, pour ne pas les familiariser trop à l’homme ». Les lionceaux semblent cependant déjà très « imprégnés », ce qui ne facilite pas leur sauvetage. « C’est déjà très difficile d’intégrer d’autres lions dans un clan déjà formé, mais ça l’est encore plus quand ils sont habitués à l’homme. Ils deviennent en outre plus dangereux pour le personnel car ils ne craignent plus l’humain », commente Aurélie Roudel, qui explique que du fait de leur imprégnation, et de l’absence de jeunes de leur âge au Parc des Félins, leur réintroduction parmi leurs semblables semble particulièrement compromise. « Soit nous les garderons en leur aménageant un enclos, soit nous les transférerons vers un parc ou un sanctuaire digne de ce nom. En aucun cas, ils ne seront euthanasiés ».

Un lion n’est pas un animal de compagnie

Aurélie Roudel nous fait part de sa colère quant à l’irresponsabilité de certaines personnes qui, pour diverses raisons, transgressent la loi pour avoir un animal sauvage à domicile. « C’est un fléau », s’alarme-t-elle, insistant sur le fait que derrière un bébé tigre ou un bébé lion mignon, se cache un fauve qui, adulte, sera difficilement gérable. De plus, les animaux achetés par des particuliers qui n’ont pas l’autorisation d’en détenir proviennent souvent de trafics d’espèces sauvages. « En amont des calins que vous pourrez lui faire, se sont passées des choses dramatiques, comme par exemple la mort de sa mère ». « Souvent, nos visiteurs disent qu’ils aimeraient bien avoir un fauve chez eux, ils demandent aussi fréquemment si ils peuvent entrer dans les cages pour les caresser. Je leur explique que ce n’est pas possible, et que c’est contraire au bien-être des félins ».

Suite à l’expertise vétérinaire pratiquée ce jour, l’avenir devrait commencer à se dessiner pour les deux lionceaux. Mais difficile d’en savoir plus, car la discrétion est de mise en raison de l’enquête en cours. L’essentiel est qu’ils soient entre de bonnes mains, ce qui semble être le cas. A suivre.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Crédit photos : Le Parc des Félins

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Pin on Pinterest0Share on TumblrEmail this to someone

4 commentaires

  1. C’est évidemment que ces deux lionceaux proviennent d’un trafic et qu’un particulier se sentant dépassé les a déposés à l’entrée du parc. Pour eux l’histoire se termine bien mais pour d’autres, ce n’est certainement pas le cas. Que dire des lionceaux retrouvés dans le coffre des véhicules par les douaniers ?

  2. celui qui a acheté ces lions aurait du savoir qu,un lion,consomme adulte 15 kilos de viande par jour,alors deux lions trente kilos par jour,une ruine financière certainement pour ce particulier,qui a décidé de s,en débarrassé,même trente kilos de boeuf à vingt euros le kilo cela fait tout de même six cent euros par jour,à débourser,heureux dénouement à eux,et qu,ils soient bien soigné,et bien traité par leur nouveau propriétaire.

  3. Kevin Richardson saurait sans aucun doute comment prendre soin de ces superbes créatures, lui qui vit avec les fauves depuis toujours et qui entretient une vraie relation fusionnelle avec les dangereux prédateurs africains. Il est je crois le seul au monde à disposer de cette aptitude si merveilleuse que de savoir communiquer dans le langage de ses protégés ; hyènes, lions, guépards, panthères, lycaons… il sait se faire aimer et respecter de tous. Il est un Homme dans ce que l’être humain peut développer de mieux vis à vis de ses semblables non humains, respect et dignité.

  4. Bonjour! Merci beaucoup pour le partage de l’information sur ces animaux. Il est vrai, il y a beaucoup d’animaux autour de nous qui sont dans le besoin d’aide d’une manière ou d’une autre. Je pense qu’il est très important que ces animaux reçoivent les soins appropriés dont ils ont besoin. http://www.cv440.com/fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *