jeudi 23 mars 2017
Facebook Youtube Twitter

Le veau mutilé en Guadeloupe a été euthanasié

veau_galanteDes bénévoles de la SPA de Guadeloupe ont découvert, dans un pâturage, un veau n’ayant plus d’oreilles ni de bouche. Voulant soigner l’animal à l’agonie, ils ont besoin d’aide. Mais la direction de l’association ne leur aurait pas répondu, et la bête a du être euthanasiée.

Dimanche 8 février 2015, la SPA de Marie-Galante, en Guadeloupe (qui dépend de la SPA nationale, celle qui vient de changer de logo) a lancé un appel à l’aide sur les réseaux sociaux. Il y est expliqué que l’une de ses bénévoles, Anne-Christine, a découvert en se promenant « un pauvre veau encore vivant (…) les 2 oreilles tranchées et sa bouche n’est qu’une plaie ».

L’éleveur préfère le laisser mourir que le soigner

Le ruminant a visiblement été mutilé et torturé. Oreilles et langue sectionnées, dents probablement arrachées, le pauvre souffre le martyr et ne peut plus ni boire, ni se nourrir. Diffusé très largement sur la Toile, accompagné de photographies explicites de l’animal blessé, l’appel a interpellé de nombreuses personnes. Mais, sur place, la situation est complexe. Alors que la vie du pauvre animal ne tient qu’à un fil, il faut faire face à un contexte légal bloquant toute intervention. En effet, le veau a un propriétaire et il est sur le terrain de celui-ci. Impossible dans ces conditions d’y envoyer un vétérinaire sans le consentement de l’homme, qui ne répond visiblement pas aux sollicitations des protecteurs des animaux. « Il préfère perdre la bête que d’intervenir, ce qui lui coûterait plus cher. (…) On ne changera rien sur l’élevage en Guadeloupe, ils roulent en belle bagnole, mais tant que la DSV ne condamnera pas ces abrutis il y aura de la maltraitance », dénonce Jenny, une bénévole locale.

Par ailleurs, un manque de moyens financiers a été avancé par un groupe Facebook crée pour l’occasion, qui affirme que l’actuelle Présidente de la SPA, Natacha Harry, aurait refusé de débloquer la somme financière nécessaire à la prise en charge du petit animal. « Les adhérents et non adhérents souhaiteraient que vous vous occupiez des ANIMAUX QUI SOUFFRENT……QUAND COMPTEZ VOUS FAIRE VOTRE BOULOT ET RENDRE AUX ANIMAUX L’ARGENT QUI LEUR REVIENT ? », peut-on y lire, dans des termes très emportés. Il faut dire que les faits se sont déroulés un dimanche, jour non travaillé en France, et que par conséquent le siège de la SPA, à Paris, était fermé.

Euthanasié par la DSV

Quoiqu’il en soit, le sauvetage n’a pas eu lieu. Prévenue, la DSV locale n’a su proposer qu’une seule solution : l’euthanasie de l’animal. Il y a quelques heures, « la DSV et un vétérinaire sont venus sur place pour aider ce pauvre veau à ne plus souffrir », raconte Christine Jolli, bénévole à la SPA de Marie-Galante, visiblement très émue. « C’est très dur, mais c’est comme ça, si on avait une baguette magique on éviterait toutes les souffrances », note-t-elle. Elle précise encore que « son état ne laissait aucune autre solution » et qu’ainsi, au moins, « il ne souffre plus ». Et vous, qu’en pensez-vous ? L’euthanasie était-elle la bonne solution selon vous ? Dites-le nous dans les commentaires ci-dessous.

Crédit photos : SPA de Marie-Galante

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Pin on Pinterest0Share on TumblrEmail this to someone

15 commentaires

  1. Quand est-ce qu’on la fout dehors la NH ?

  2. Ce veau pouvait être sauvé. Les soins auraient été longs certes mais il aurait été sauvé. Il est consternant qu’on ne débloque pas de fonds pour cet animal. De toute façon, il faut reconnaître que les Antilles Françaises ne font pas exception à la règle et ne sont pas tendres avec les animaux, il faut voir sur place ce qui passe. Par contre, c’est vrai ils roulent en très belles voitures, possèdent trois portables et ne font pas grand chose de leur journée !

  3. Les habitants des iles ne peuvent déjà pas s’occuper d’eux même !On devrait interdire tout animal sur les iles :chiens ,chats etc.. c’est honteux de ne pas trouver de solution a ces problèmes de maltraitance!!!!!

  4. C’est juste monstrueux et dégoûtant,les animaux souffrent le martyr,quand les gens qui sont sensés les protéger,sont là pour s’en mettre plein les poches avec l’argent des donateurs les animaux sont le dernier de leur soucis…De nouvelles lois soit disant,pour changer les choses? Tout cela n’est que mensonge et poudre au yeux,personne n’est dupe…Dans quel monde vivont nous?
    Tout cela n’alimente que l’envie de révolte ….et l’envie de faire justice soit même,nous sommes dans une terrible dérive ou la violence et la colére,sont entretenus au quotidien part tous ces gens qui détiennent ce que l’on appelle LE POUVOIR !

  5. On se demande s’ils sont dotés des mêmes capacités que nous aux Antilles, c’est des sauvages bons qu’à faire des enfants, dont ils ne s’occuperont pas, pour toucher à la CAF..

  6. comme il est dit, ils roulent en grosse voiture, ne travaille pas, on se demande d’où vient l’argent ?

    quand aux nouveaux dirigeants de la SPA que ce soit en France où dans les DOM, c’est une honte, tous ne sont là que pour le joli salaire qu’ils s’attribuent alors que celui-ci servirait mieux les animaux qu’ils ne respectent absolument pas dans ses îles, ils faut se bouger pour faire changer les choses

  7. Il faut dire que sans langue ni dents que serait devenu ce veau ? Il faudrait retrouver ceux qui ont mutilé cette pauvre bête et qu’ils soient sanctionnés

  8. La SPA est ferme le dimache. Et alors il y acait urgence bon sang. Et que cette femme degage de SPA l argent c est pour les betes pas pour acheter des petits fours et du champagne, ni des soit disant meeting dans des resto/hotels etoiles pour elle ou ses semblabes.
    Que Madame Bardot!?

  9. C’est vrai que les animaux ne sont pas bien traités aux Antilles comme à la Réunion.
    Quant à la SPA, ils ne pensent qu’à se faire du pognon en exploitant le bon cœur de ceux qui aiment les animaux. Voilà un moment que je ne donne plus à la SPA. Je vais arrêter aussi pour la Fondation assistance aux animaux après l’article que je viens de lire sur ce site !
    Je préfère les animaux à beaucoup d’humains !
    Chantou

  10. On sait que les dirigeants de la SPA de Paris ne pense qu’à s’en mettre plein les poches et n’ont que faire de la PA!!!

  11. Oui car ce pauvre veaux soufrez physiquement spychologiquement. de le laisser vivant aurai était un scandale.

  12. sauvé pour quoi ?
    pour ensuite être envoyé dans l’enfer de l’abattoir et finir en steak haché comme les autres ?
    indépendamment des ses blessures affreuses, finalement il aura connu une mort moins violente que tous ses pauvres autres congénères…

  13. c’est désespérant de voir les amalgames que les gens peuvent faire… La recette : Prenez un lieu commun non vérifié, et appliquez le à toute une population, le tour est joué, et la xénophobie se réjouit. D’après la DSV, ce veau aurait été attaqué au nez par des chiens errants, et le propriétaire n’ayant pas les moyens de le faire soigner ni euthanasier (vu les tarifs incroyables pratiqués par les vétos…) lui a coupé les oreilles pour qu’une fois mort il ne puisse pas être identifié (les étiquettes sont fixées aux oreilles) puisque les tarifs pour l’équarrissage (obligatoire) sont également rédhibitoires… C’est moche, mais c’est comme ça. Quand aux commentaires ici, n’oubliez pas que l’Europe a fait à ces gens des horreurs bien pires pendant des décennies, et ce jusqu’à il y a 150 ans, ce n’est pas si loin. Un peu de respect et de retenue seraient donc un minimum…

    • Les statistiques rapportent que le quart de la population de la Réunion vivait du RMI. En Guadeloupe, ils mangent les chiens et les chats, vu que la consommation d’animaux domestiques est autorisée, seules les conditions d’abattage sont réglementées, et encore vu la généralisation de l’abattage rituel, c’est théorique. Pourquoi a t-il du bétail s’il n’arrive pas à financer les soins à prodiguer au cheptel qui lui appartient? Il en a hérité, comme du terrain? Comment peut-on mutiler ces pauvres bêtes en leur coupant les oreilles à vif pour éviter des frais d ‘équarrissage? Quand on voit les horreurs infligés aux pensionnaires du refuge de Marie-Galante en Guadeloupe, complètement débordé, devant transférer régulièrement des animaux en métropole, faute de place. Pourquoi la population des Comores veut-elle s’installer à Mayotte, département français? Certainement pas pour le climat!

  14. Sans langue,
    sans dents, les oreilles coupées. Il fallait abréger ses souffrances. Les animaux ont ce seul avantage par apport à nous.
    Trouver les coupables et les punir sévèrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *