samedi 25 mars 2017
Facebook Youtube Twitter

ALERTE à la grippe équine en France

grippe-equineLe RESPE (Réseau d’Epidémio-Surveillance en Pathologie Équine) tire la sonnette d’alarme : de nombreux cas de grippe équine ont été signalés dans deux départements français. Cette maladie est très contagieuse entre équidés.

Deux « foyers » de grippe équine ont été identifiés en France entre le 5 et le 8 janvier 2015, l’un dans les Pyrénées Atlantiques (64), l’autre dans le Maine-et-Loire (49). Au total, une vingtaine de chevaux en seraient atteints dans ces deux localisations. Nul besoin de céder à la panique cependant, en revanche, les informations de base détaillées ci-dessous sont à savoir.

Qu’est-ce que la grippe équine ?

Cette maladie est causée par un virus de la famille influenza de type A (H7N7 et H3N8), proche de celui de la grippe humaine. Rassurez-vous : aucune transmission de grippe entre le cheval et l’Homme, ou inversement, n’a jamais été constatée. La grippe équine touche les chevaux, les ânes, les mules et les mulets. Très contagieuse, elle transite via les sécrétions des voies respiratoires, de cheval à cheval (par exemple en cas d’éternuement) ; de soigneur à cheval (il est recommandé aux personnes s’occupant d’un animal atteint de se changer entièrement avant d’entrer en contact avec un autre équidé qui ne serait pas, lui, malade) ; mais aussi par le biais d’objets utilisés par le cheval malade (seau, brosse, éponge, etc.). Le virus peut donc très rapidement contaminer toute une écurie.

Comment la reconnaître ? Est-elle mortelle ?

La grippe équine provoque une forte fièvre (entre 40 et 41°), une fatigue et un encombrement des voies respiratoires. Le nez coule, une toux importante peut apparaître. Pour l’identifier formellement, il faut faire analyser des prélèvements en laboratoire (soit naso-pharyngué, soit sanguin). Heureusement, elle est rarement mortelle (du moins chez les adultes). Des complications peuvent néanmoins survenir : surinfection bactérienne, pneumonie… Comme il n’existe aucun traitement contre le grippe équine, la meilleure solution reste la prévention. Un vaccin existe (à renouveler tous les ans, car le virus évolue et sa souche change chaque année). Vous pouvez également consulter régulièrement la rubrique « Alertes » du site du RESPE, afin de vous tenir informé en temps réel des différentes épidémies pouvant toucher la France (le site recense les cas de grippe équine, mais aussi de gourme -angine du cheval-, etc…). Et, si par malheur votre animal était touché, mettez-le au repos pendant trois semaines et isolez-le de ses congénères.

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Pin on Pinterest0Share on TumblrEmail this to someone

2 commentaires

  1. Il faut absolument vacciner les chevaux contre la grippe équine. Attention aussi aux cas de tétanos qui réapparaissent de temps en temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *