samedi 25 mars 2017
Facebook Youtube Twitter

Testez le végétalisme pendant 10 jours avec le Défi FUDA

defi-FUDALe Mouvement FUDA (Forces Unies pour les Droits des Animaux) lance un défi original et intelligent qui propose de tester de façon ludique une alimentation végétalienne. L’expérience s’adresse autant aux végétariens qu’aux omnivores curieux.

Le Défi de FUDA veut montrer que l’on peut manger autrement et plus respectueusement des animaux et de la planète, sans que cela ne soit obligatoirement synonyme de nourriture fade. L’idée est de proposer à ceux qui n’ont pas encore osé franchir le cap de tester des recettes vegan sur une période courte et peu contraignante (10 jours).

La personne qui relève Le Défi est virtuellement accompagnée : le site Internet de FUDA lui propose pour chaque jour des recettes pour le déjeuner, et pour le dîner. En bonus, quelques recettes pour le dessert (riz au lait et agrumes, ananas grillé, etc.) et le petit-déjeuner (pancakes veganes, etc.) sont disponibles.

Carpaccio de betteraves

Pour vous faire saliver, voici quelques-uns des plats avec lesquels vous vous régalerez si vous tentez Le Défi : carpaccio de betteraves, radis noirs, et sa sauce fraîche citron-menthe ; burger végan et frites de carotte ; champignons farcis au beurre, aux amandes et aux herbes fines ; pakora aux oignons et aux épinards ; etc.

defi_fuda02

FUDA fourni en outre de nombreuses informations à ceux qui veulent tenter l’expérience, comme un guide de nutrition végane et une copie du rapport de l’Association Américaine de Diététique (qui affirme que « les régimes végétariens (y compris végétalien) menés de façon appropriée sont bons pour la santé, adéquats au plan nutritionnel et sont bénéfiques pour la prévention et le traitement de certaines maladies »).

L’association donne par ailleurs des informations sur « les risques pour notre santé liés à la consommation de produits d’origine animale (viande, oeufs, produits laitiers…) » en s’appuyant sur des études récentes qui mettent cela en évidence. Concernant le lait par exemple, il a été démontré que « sa consommation régulière réjouit tout particulièrement les cellules cancéreuses qui vont pouvoir se développer rapidement ». « Il ne faut pas oublier que le lait est un produit acidifiant, et que le corps doit puiser dans ses bases (qui servent à tamponner l’acidité) pour en limiter les effets. Or ces bases (citrate et bicarbonate) se situent notamment dans les os où elles sont associées au…calcium ! On pourrait presque parler de publicité mensongère », ajoute FUDA.

defi_fuda03

Quant à la viande, qui favorise selon de nombreuses études les maladies cardiovasculaires, les cancers, le diabète, etc. ; elle occasionne également de grandes souffrances aux animaux. « Il est impossible de produire une telle quantité de viande sans entasser les animaux, les doter de corps difformes à force de sélections génétiques, les adapter de force par des mutilations à des conditions de vie qui limitent drastiquement leurs comportements », alerte FUDA, qui précise qu’en France, « 83% des 800 millions de poulets de chair sont élevés sans accès à l’extérieur ; 68% des 48 millions de poules pondeuses sont élevées en batterie de cages ; 99% des 36 millions de lapins sont élevés en batterie de cages ; 95% des 25 millions de cochons sont élevés sur caillebotis en bâtiments ».

A propos du mouvement FUDA

Le Mouvement FUDA (Forces Unies pour les Droits des Animaux) se distingue par son approche globale de la condition animale, en tenant compte des réalités de la société et du facteur humain, autant que des enjeux politiques et économiques.

Au-delà des sauvetages, hélas, quotidiens sur le terrain, le mouvement FUDA s’engage sur des projets ambitieux sur le territoire Français, comme sur le programme « Reproduction modérée », visant à limiter la reproduction des animaux domestiques par les particuliers, mais aussi en étroite collaboration avec les services sociaux auprès des sans domicile fixe, pour les sensibiliser à la necessité de faire stériliser leurs compagnons d’infortune.

FUDA intervient également à l’etranger en soutenant des refuges en grande difficulté comme par exemple le refuge AHPAE dans la banlieue de Casablanca ou pour exiger le transfert des  Animaux du Zoo d’Aïn Sebaa, laissés quasiment à l’abandon, en médiatisant et en interpellant les autorités compétentes. Présent également sur le continent Sud Américain, le mouvement à pu mettre en place, avec les partenaires locaux, de vastes programmes de sterilisation et des campagnes de sensibilisation.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+1Pin on Pinterest1Share on TumblrEmail this to someone

5 commentaires

  1. Je veux bien relever le defis mais comment fait-on pour avoir les recette s

  2. Je pense de plus en plus, a devenir végétarienne, mais comment commecer?

  3. Pas de souffrance animale et l’humain ne se portera que mieux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *