lundi 27 mars 2017
Facebook Youtube Twitter

LPO : Condamnation historique en faveur des vautours fauves

VautourFauveC’est une condamnation sans précédent qui vient d’être rendue mardi 25 novembre 2014. Un éleveur situé en Ariège vient d’écoper de 7500 € d’amende (plus 700 € à verser aux associations parties civiles). Son permis de chasse lui a également été retiré pour une durée d’un an.

Il avait tiré à deux reprises sur un vautour fauve (une espèce protégée) avec une carabine équipée d’un silencieux, d’un trépied et d’une lunette de visée. La LPO, qui s’était portée partie civile avec FNE et le Comité écologique ariègeois (CEA), « espère que cette décision fera école et jouera un rôle suffisamment dissuasif à l’heure où l’on assiste à une recrudescence des rapaces tirés ou empoisonnés ».

Une condamnation sans précédent

Le verdict est tombé mardi 25 novembre 2014 et les réquisitions du parquet ont été reprises. Au niveau pénal, l’homme (qui avait délibérément tiré et tué un vautour fauve, l’accusant de s’en prendre aux brebis) a été condamné : à 7500 € d’amende dont 6000 € avec sursis (soit 1500 € d’amende effective) ; au retrait de son permis de chasse pendant 1 an ; à verser aux 3 associations parties civiles la somme de 500 € au titre des dommages et intérêts et 200 € au titre des frais de justice (soit 700 € chacune).

Au total, il est donc condamné à 3 600 € de sanctions financières effectives.

Un espoir pour les vautours fauve ?

Il est important de rappeler que les vautours en tant qu’oiseaux nécrophages n’interviennent que sur les animaux immobiles donc des animaux morts ou exceptionnellement mourants. Ils ne font dans ces cas-là qu’anticiper une mort certaine.

Par ailleurs, les Vautours fauves sont de véritables équarrisseurs naturels : en nettoyant les pâturages des cadavres de bétail, ils rendent service aux éleveurs et évitent ainsi la propagation de maladies contagieuses ou la pollution bactériologique des nappes phréatiques par l’intermédiaire des eaux de ruissellements.

Dans son combat pour la réhabilitation des vautours, la LPO déplore que l’arrêté du Préfet de l’Ariège de septembre dernier autorisant les tirs d’effarouchement des vautours, -arrêté que la LPO, le CEA et FNE viennent d’attaquer au tribunal administratif de Toulouse- soit en application. La LPO se demande dans quelle mesure ce type d’autorisation peu favoriser ce genre de comportement hostile aux rapaces protégés, et préférerait au contraire que leur protection soit renforcée.

Source : LPO
Crédit photo : Émile Barbelette/LPO

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Pin on Pinterest0Share on TumblrEmail this to someone

4 commentaires

  1. j’espère que le vautour va bien !

  2. Evidemment c’est encore un agriculteur et chasseur !

  3. Bien fait pour sa pomme ! ^^ Justice est faite , et même je trouve que c’est pas assez …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *