lundi 27 mars 2017
Facebook Youtube Twitter

Le Dr Jane Goodall sauve un petit chimpanzé orphelin

willy_goodallL’Institut Jane Goodall, présidé par la primatologue du même nom, s’occupe depuis plus de 20 ans des chimpanzés orphelins dans le Sanctuaire de Tchimpounga, au Congo. Willy, dont la mère a vraisemblablement été tuée par des braconniers, vient d’y être accueilli.

Le Sanctuaire de Tchimpounga est le plus grand sanctuaire d’Afrique dédié aux chimpanzés (555 km²). Il accueille les petits se retrouvant seuls, souvent à cause du trafic de la viande de brousse, du commerce illégal d’animaux vivants et de la destruction de leur forêt. Actuellement, plus de 170 primates sont ainsi chouchoutés sur place par les équipes de l’Institut Jane Goodall, qui leur apportent jour et nuit la plus grande attention et les soins nécessaires.

Récemment, un nouvel individu baptisé Willy a été sauvé. Il a été confisqué par les autorités congolaises à des particuliers qui le maintenaient comme animal de compagnie dans le petit village de Titi. Généralement, les bébés chimpanzés sont vendus comme animaux de compagnie ou attraction par les braconniers qui ont tué leurs mères.

« Les chimpanzés sont presque identiques aux humains au niveau génétique.Il est ridicule de continuer à leur refuser les droits fondamentaux alloués aux Hommes » – Dr Jane Goodall

A son arrivée au Sanctuaire, Willy était déprimé, effrayé et affamé. Heureusement, son poids était normal et il n’était pas blessé. Il fut accueilli avec de l’eau et des bananes, mais aussi pris en charge par des vétérinaires pour vérifier qu’il n’était atteint par aucune maladie. Sa soigneuse référente, Christel, est restée constamment avec lui au cours des premières semaines, y compris la nuit, afin de l’aider à se sentir rassuré en n’étant jamais seul (dans la nature, les petits chimpanzés dorment avec leur mère).

Willy semble bien s’adapter à son nouvel habitat. Pendant sa période de quarantaine (une procédure appliquée pour chaque nouvel arrivant), il a pu sortir la journée dans un jardin privatif. Il a désormais rejoint un groupe de 7 chimpanzés de son âge, auquel il s’est très bien intégré.

Heureusement pour l’animal, il a été confisqué à un jeune âge, ce qui lui a évité des mois ou des années de mauvais traitements, et lui permet d’avoir un comportement équilibré avec très peu de séquelles. Il passe ses journées dans la forêt tout en bénéficiant de l’affection et de l’attention de sa « mère » adoptive, qui communique avec lui par des gestes et des vocalises adaptées à son espèce. Il adore d’ailleurs s’accrocher sur le dos de cette dernière.

Le Sanctuaire de Tchimpounga va tout faire pour que Willy puisse un jour être relâché dans la nature.

Précision importante : L’Institut Jane Goodall ne cautionne ni la détention ni le contact avec les chimpanzés sauvages. Tous les chimpanzés qui apparaissent sur nos photos et vidéos sont des pensionnaires du sanctuaire de l’Institut.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Pin on Pinterest0Share on TumblrEmail this to someone

un commentaire

  1. Si je ne me trompe pas, il y a plusieurs étapes dont une où le chimpanzé est libéré dans une forêt et va rejoindre les siens et sauf erreur de ma part, c’est une forêt très très loin qui appartient également à Jane Goodall.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *