samedi 25 mars 2017
Facebook Youtube Twitter

Conférence sur l’abolition de la corrida à l’Assemblée nationale

CRACAN02Le CRAC Europe (association anti-corrida) et le député Damien Meslot, auteur de l’une des trois propositions de projet de loi (PPL) visant à abolir la corrida en France, ont donné une conférence de presse ce 4 novembre au matin, afin d’évoquer les avancées et le futur de cette lutte. Planète Animaux était sur place et a de ce fait quelques paroles importantes à vous rapporter.

« C’est la première fois qu’une association anti-corrida a l’occasion de défendre l’abolition aux côtés d’un élu de la République au sein de l’Assemblée », se réjouissait ce matin Jean-Pierre Garrigues, Président du CRAC Europe. Il venait en effet de s’exprimer dans le cadre d’une conférence de presse organisée dans l’une des salles de réunion de l’Assemblée nationale, aux côtés du député-maire de Belfort, Damien Meslot. C’est d’ailleurs ce dernier qui a pris en premier la parole. « Je considère que l’on ne peut pas condamner des actes contraires à l’éthique, et plier sous le poids d’une tradition (…). La souffrance physique est toujours une souffrance, quel que soit l’être auquel on l’inflige », a-t-il déclaré en premier lieu, avant de rappeler l’incongruité de l’alinéa 7 de l’article 521-1 de notre Code pénal qui autorise par exception certains départements à pratiquer des « sévices graves et actes de cruauté » envers un animal si « une tradition locale ininterrompue peut être invoquée ». Une exemption « complètement hors du temps » pour l’élu UMP, qui ne cache pas son opposition à celle-ci.

Rappelant les avancées récentes en matière de bien-être animal dans les pays voisins au nôtre (abolition de la chasse à courre en Grande-Bretagne, abolition de la corrida en Catalogne, abolition des combats de coqs au Tadjikistan, etc.), il a fait remarquer à l’assistance que « la France pourrait s’enorgueillir de faire au moins aussi bien que le Tadjikistan ».

89 députés abolitionnistes

CRACAN03C’est ensuite Jean-Pierre Garrigues qui a pris la parole, d’abord pour signaler une autre incohérence. « 99% des députés sont épouvantés quand ils voient des images vidéo de corrida », dès lors, pourquoi nombre d’entre eux continuent-ils à soutenir ce spectacle « barbare » ? « 89 d’entre eux ont déjà soutenu une proposition de loi abolitionniste, nous avons donc au moins 89 députés abolitionnistes, combien de temps devrons-nous encore attendre avant de voir ce sujet mis à l’ordre de jour ? », s’est-il agacé, ajoutant qu’un débat démocratique sur la corrida était attendu des français. « C’est insupportable pour nous qu’une toute petite minorité de 40 à 50 députés aficionados puisse bloquer ce processus démocratique, en confondant leur passion personnelle et leur devoir d’élu ».

Il a également rappelé que les spectacles taurins sont déficitaires et qu’ils endettent les municipalités qui les organisent. « La corrida a généré un déficit d’un million d’euros à Bayonne sur les 5 dernières années », a-t-il affirmé, ajoutant « qu’aucun parlementaire français ne peut plus aujourd’hui dire qu’il n’est pas au courant de cela », faisant référence à la récente distribution par l’association de 925 exemplaires du livre « Corrida, la Honte » (qui révèle, entre autres, les dérives financières de la tauromachie) à l’ensemble des sénateurs et députés.

CRACAN04Quant à Roger Lahana, le vice-président du CRAC Europe, il renchérit en déclarant que les associations de protection animale, et particulièrement celles qui luttent contre la corrida, ne veulent pas attendre 10 ou 15 ans que la corrida meure de sa mort naturelle « car elle disparaîtra, c’est certain, les aficionados vieillissent, les dettes augmentent, et le bien-être animal est de plus en plus important aux yeux des citoyens ». Malgré tout, il serait bien qu’elle « disparaisse au plus tôt ».

L’opinion publique évolue en faveur des animaux

La députée Laurence Abeille fait alors un passage éclair dans la salle, elle indique qu’elle tenait à venir dire quelques mots, puisqu’elle aussi a déposé une proposition de loi abolitionniste. « J’ai le sentiment que depuis 1 an, il y a une évolution dans l’opinion publique sur la corrida et la façon dont sont traités les animaux. (…) Nous, politiques, avons besoin de la mobilisation citoyenne pour donner du poids à notre lutte contre cette abomination (…) la pression populaire est importante pour pousser le Gouvernement à mettre une PPL à l’ordre du jour ».

IMG_7014

Jean-Pierre Garrigues confirme : les actions citoyennes anti-corrida, c’est-à-dire organisées par des personnes indépendantes de toute organisation, sont de plus en plus nombreuses depuis le début de l’année. Damien Meslot acquiesce : « Je pense comme Madame Abeille que les choses sont en train d’évoluer, les pro-corrida sont sur la défensive, alors qu’avant ils s’estimaient intouchables ».

Les formations politiques du CRAC Europe

IMG_6951Le CRAC Europe a d’ailleurs présenté ce matin, pendant la conférence, son dispositif national de formations politiques. Celui-ci propose à chaque citoyen de devenir acteur de l’obtention d’un débat démocratique au sujet de la corrida, en allant à la rencontre des élus pour leur demander de soutenir une proposition de loi abolitionniste. Dans cette optique, le CRAC Europe organise des formations gratuites dans toute la France, dans lesquelles les volontaires sont formés par le biais de réunions et de simulations d’entretiens, à devenir de véritables chasseurs de signatures. Les participants se voient remettre un vademecum qui devient leur outil : celui-ci contient un historique de la corrida en France, un article publié par Jean-Pierre Garrigues dans une revue de droit sur la stratégie du CRAC Europe, une liste d’arguments usuels des aficionados avec les contre-arguments à leur opposer, les textes détaillés des PPL en vigueur, les listes de tous les députés et sénateurs actuellement élus, les noms des 77 premiers députés à avoir signé l’une des PPL en cours, ceux de tous les parlementaires ayant fait connaitre leur position anti-corrida ces dix dernières années (en signant une PPL d’une législature antérieure et/ou le manifeste abolitionniste du CRAC Europe), deux DVDs réalisés par Jérôme Lescure montrant la réalité sanglante des corridas en France ainsi que la violence des aficionados contre des manifestants à Rodilhan en 2011 et, enfin, différents chiffres et faits complémentaires.

Damien Meslot soutient cette initiative. « Allez-y, faites pression auprès de vos parlementaires, et ne négligez pas le niveau européen, car les députés européens sont eux aussi importants à sensibiliser », encourage-t-il.

La Belgique en avance

CRACAN07Notons enfin l’intervention de Jean-Marc Montegnies, Président d’Animaux en Péril (association de protection animale belge), qui avait fait le déplacement spécialement pour l’événement et qui ne peut s’empêcher de constater le grand retard de la France en matière de respect animal. « La Belgique a 20 ans d’avance. Le monde politique est devenu notre partenaire et n’est plus notre adversaire, c’est pour cela qu’on avance. La France est devenue la honte de l’Union européenne (…), tant qu’on tolérera l’amusement autour d’une tombe il n’y aura pas d’avancées sur le reste. L’abolition de la corrida est une priorité », a-t-il affirmé.

CRACAN08La conférence touche à sa fin, espérons que toutes les bonnes volontés exprimées ce jour se concrétiseront par la mise à l’ordre du jour d’un projet de loi, pour qu’enfin, le débat sur la présence de la tauromachie en France puisse avoir lieu à un niveau législatif.

Réaction de Nadine Morano

En sortant de l’Assemblée Nationale, nous croisons Nadine Morano. Le vidéaste militant Loan Ego l’interpelle, elle répond : « La corrida, c’est culturel, même si ça me dégoute. Donc, je ne m’y oppose pas »

CRACAN09

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+2Pin on Pinterest0Share on TumblrEmail this to someone

11 commentaires

  1. c’est tellement évident, qu’on a du mal à comprendre pourquoi faut-il tant de temps pour abolir la corrida. la reponse de mme morano dit tout.

  2. Merci pour ce compte rendu efficace. Un grand bravo à tous pour votre action. C’est magnifique et porteur d’espoir. Je m’engage à aller voir les députés. Isabelle

  3. paillez bisiaux anne marie

    Nadine Morano doit voter contre la corrida !! la défense des animaux TRES IMPORTANT ….

  4. Voici encore une conférence qui fait avancer les choses ! Il faut aussi souligner le courage des membres du CRAC et leur détermination à abolir la corrida. Dans le sud-est, nous les soutenons car nous ne voulons plus de corridas, plus jamais ça. Nous en avons plus qu’assez de subir ces massacres contre notre volonté et d’endoctriner les esprits faibles. Quand on connaît le milieu de la corrida, on est encore plus anti-corrida. Il est anormal à notre époque qu’on reconnaisse la maltraitance sur un chien ou un chat mais pas sur un taureau qui a lui aussi la même sensibilité. Il a été fabuleux de voir des candidats au poste de maires lors des dernières élections dans le sud-est mettre en avant dans leur programme la cause animale (pour les chiens et chats) et vous répondre que pour les taureaux, on verrait plus tard, qu’il y avait beaucoup de pro-corridas qui votaient alors que pour 2014 une certaine féria aurait bien lieu et même vouloir gratifier les chasseurs !!! Des propos plus que contradictoires et aucun état d’âme pour les taureaux sacrifiés tout cet été ! Il n’est pas acceptable non plus que l’ouvrage très dérangeant pour les aficionados  »Corrida la Honte » soit interdit. Madame Morano est très contradictoire elle aussi. Cette dame affectionne les chevaux. Sait-elle que ces chevaux laissent aussi un lourd tribu dans les arènes ? A-t-elle assisté au moment où ces chevaux sont recousus pour certains ?

  5. Il faut que la corrida cesse. C’ est une image très négative pour la France.
    En avant le bien être animal. Nous leur devons du respect pour pouvoir marcher la tête haute.
    STOP à la barbarie!
    Mme Morano fait preuve de bien peu d’ intelligence avec son commentaire.

  6. Oh comme elle se ridiculise la moreno! T’as vraiment l’air conne avec une phrase pareille!

  7. Si c’est une question de culture comme dit (lâchement) Mme Morano alors comment cela se fait que la Catalogne (pays d’origine) l’ai abolie ??? !!! Cessons le massacre maintenant pour les animaux et en plus cela fera des économies aux municipalités…

  8. C’est très simple: la corrida est très difficile à abolir car elle est une manifestation du sadisme. Et le sadisme est le plaisir sexuel de la souffrance d’autrui, pour ceux qui l’oublieraient trop facilement.

  9. Il faut absolument parvenir a canaliser. Tout ces monstres sanguinaires ,qui.c
    ce permettent de torturer. Ainsi que de massacrer en toute impunité. Il faut absolument etablir des lois également pour refuser tout spectacle incluant des animaux ainsi que les zoos ou ces animaux tournent en rond dans des espaces exigus

  10. Si ce n’était aussi dramatique, je dirais que Madame Morano me fait rire: c’était la culture chez nous, de brûler vifs des hérétiques. Des sacs entiers de chats subissaient le même traitement, un peu partout,à la Saint-jean. A Paris, en place de Grève également jusqu’à ce que la Régente, à la demande pressante de Louis XIV encore enfant, ne fasse interdire cette abominable coutume, élément de la culture obscurantiste. Le chat représentait le démon. Au taureau également est attribué ce lamentable symbole. On oublie trop souvent que la corrida représente le combat du bien et du mal: l’homme dans son habit »de lumière » est l’ange salvateur, le pauvre animal, le démon.
    Il a fallu qu’un enfant se montre plus humain et plus éclairé pour éradiquer cette coutume de primaires.

    Autre rubrique: Ségolène Royal n’arrête pas de se dépasser elle-même dans le ridicule en affirmant que les chasseurs sont essentiels dans le maintien de la biodiversité!

    Pauvre Marianne!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *