samedi 25 mars 2017
Facebook Youtube Twitter

Joey, l’orang-outang du Jardin des Plantes, est décédé

 10511435_826915823985151_5724839799471185957_oJoey, mâle orang-outang qui vivait à la Ménagerie du Jardin des Plantes, à Paris, est décédé hier matin, après avoir arrêté de s’alimenter.

Le Muséum National d’Histoire Naturelle, dont dépend la ménagerie, vient d’annoncer la triste nouvelle. Joey, un orang-outang mâle âgé de 19 ans, est décédé hier, mercredi 23 juillet, au matin. Le grand singe de Bornéo était arrivé à Paris en novembre 2013. Il provenait du zoo hongrois de Sosto, et devait se reproduire avec Théodora, une autre femelle de la Ménagerie.

Le grand mâle de 84 kilos « souffrait depuis plusieurs années de problèmes digestifs épisodiques ». « Début juillet Joey a présenté de sévères troubles digestifs, arrêtant progressivement de s’alimenter. L’équipe des vétérinaires et les soigneurs de la Ménagerie l’ont traité prenant appui et conseils auprès de spécialistes de médecine vétérinaire et humaine. Il est malheureusement mort malgré plusieurs jours de soins intensifs », explique le parc zoologique dans un communiqué.

La captivité responsable ?

Lui survivent Nénette, 44 ans, Tamu, 10 ans, et Théodora, 26 ans ; les trois femelles de la Ménagerie. Ce décès prématuré pose bien évidemment la question de savoir si cet animal aurait développé les mêmes troubles gastriques dans la nature, ou si ceux-ci ont été provoqués, ou du moins favorisés, par la captivité ?

La question est épineuse car dans la nature, Joey aurait certes été libre, mais il aurait du faire face à la déforestation consécutive à l’exploitation de l’huile de palme. Selon l’IUCN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature), il ne resterait que 50.000 orang-outangs sur l’île de Bornéo.

La dernière naissance d’orang-outang au Jardin des Plantes avait eu lieu en 2005.

Crédit photo : MNHN

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Pin on Pinterest0Share on TumblrEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *